· 

Wangen, il était une fois...

 

Retrouverai-je un jour de mon petit village,

La jolie tour de pierre qui marquait son entrée

Et la route pavée, usée par les passages,

Des charrettes chargées et des chevaux de trait ?

 

La route s’arrêtait sur la petite place,

Où l’eau de la fontaine arrosait la margelle ;

Des chemins forestiers dont on voyait la trace

Partaient tous, sinueux, dans ma montagne belle !

 

Des senteurs de fumée sortaient des cheminées

Et des odeurs de soupe arrivaient aux narines ;

En suivant les sentiers où seul je cheminais,

Je me trouvais souvent me léchant les babines !

 

Je revois le lavoir où les filles chantaient,

Leurs rires se mêlant aux gargouillis de l’eau ;

Elles venaient aussi, au plus chaud de l’été

Les jupes retroussées, se rafraîchir la peau !

 

Je n’oublierai jamais de la petite église,

Son beau tympan caché derrière l'orgue Wetzel

Et ses vieux bancs de bois où les âmes assises

Se recueillaient ensemble le regard vers l'autel 

 

Lorsque je grimpais sur des rochers escarpés,

Je découvrais de haut mon tout petit village ; 

J'étais un géant pour ces maisons de poupées 

Qui dominait, charmé, ce joli paysage !  

 

Bordé de vignes et de fraises des bois ;

Tapissé par des fleurs décorant ses herbages,

Il formait un tableau me mettant en émoi :

Il était si joli mon tout petit village !

 

Il me semblait vraiment qu’en étendant les doigts

Je pouvais le saisir en entier dans la main,

Pour le mettre au soleil, que le monde le voit

Comme un diamant caché, sorti de son écrin !

 

Tous ces moments heureux, tous ces beaux souvenirs

M’ont fait garder de lui mes plus belles images.

Aussi toute ma vie, je pourrai toujours dire :

« Je n’oublierai jamais mon tout petit village ! »

 

Ch.Jung


Écrire commentaire

Commentaires: 0